DESCRIPTION :
M. T 31 ans est sous buprénorphine depuis trois ans. Il a quitté la région parisienne depuis trois mois, vit avec sa compagne et a un emploi stable dans la restauration collective. Il se sent bien, ne consomme plus d’opiacés et souhaite stopper son traitement de substitution. Sa seule crainte est d’augmenter ses consommations d’alcool s’il ressent un manque.